08 novembre 2007

Une nouvelle proposition au sénat..

Le parti socialiste a déposé une proposition de loi sur la reconnaissance du vote blanc le 24 octobre dernier. Ce sont les sénateurs Roland Courteau et Marcel RAINAUD qui l'ont rédigé.
Pour rappel le parti socialsite avait inclu dans le projet socialiste la reconnaissance du vote blanc en échange du vote obligatoire et que lors de la consultation des citoyens dans la démarche participative de Ségolène Royal, de nombreux citoyens avaient réclamés cette évolution.

Cette proposition n'est pas bien différente des vingtaines d'autres précédentes depuis plus de 30 ans. Je lui prédits un avenir similaire..Publier le message

23 octobre 2007

[COLERE BLANCHE]Comité Balladur: Comment définitivement confisquer la démocratie...

Selon le Figaro, Le comité se prépare à rendre sa copie. Ce comité dont les membres ont été nommés par le président et donc totallement apolitique (sic), ont réussi à nous donner le guide par le menu d'un pouvoir confisqué au peuple. C'est donc un peu un peuple geignard et irresponsable qui se voit écarté de fait la capacité à chaque français de pouvoir s'exprimer d'une manière équitable.

Article 1 de la constitution Française :

"[..]Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée."

Comment interpréter autrement cette préconisation :
"[..]un collège de grands électeurs - environ 100 000 élus locaux - qui ferait le tri : ils voteraient un dimanche et tous les aspirants candidats ayant eu un pourcentage de voix à préciser - 1,5 % ou 2 % - pourraient participer à l'élection."
Et d'une l'élection du président de la république devient indirecte.
De deux elle élève à 1500 ( voire 2000 ) le nombre de soutiens nécéssaire à accéder à la candidature. Déjà sélectionné parmi les élus, ils le seront à nouveau par ce seuil de 100 000.
Et enfin, elle rend totalement impossible l'émergence d'un candidat original.

Aujourd'hui cela signifie le règne d'un parti,

A quoi bon tout cela me diriez-vous ? à quoi bon l'initiative, la nouveauté, à quoi bon le changement ?

Nos dirigeant ont montrés depuis des années qu'ils étaient parfaitement capable de se remettre en cause ( regardez à gauche ),
Nos représentants syndicaux ont toujours été trés proches des patrons et des travailleurs ,( 8 % des actifs syndiqués, Patronnat empétré dans des affaires de caisses noires, contestation interne dans les syndicats.. ).
La droite a su défendre des valeurs ( plusieurs et quelquefois contradictoires entre libéraux et conservateurs, souverainnistes et fédéralistes).
Le peuple finalement, hein... touts geignard et irresponsable qu'il est, peut continuer à se faire passer dessus..
Comptabiliser les votes blancs vous paraitrat encore un peu plus superflue.. Le peuple aussi.

04 octobre 2007

En russie, Le vote blanc n'est pas bien vue ...

Le vote blanc, et le vote pour tous les autres ne sera pas mis en évidences.. Poutine prépare sa succession et donne une indication claire sur les techniques qu'il va utiliser...

La participation minimale au scrutin, le vote blanc et le vote contre (tous les candidats) ont été supprimés

Via Politis.

12 juillet 2007

La réforme des institutions dans les traces d'une certaine grandeur

Live blogging improvisé du discours de Nicolas Sarkozy à Epinal

Sa longue carrière, sa grande expérience.... Edouard balladur

Jack Lang trahi par sa famille politique ?

la jeunesse d'esprits ...... (sic) de pierre Mazeaud...



Les plus éminents juriste , au total entre Douze et quinze , il en manque dans ce cas...

"Je dirais pourquoi ça va mal et ils ( les français ) sauront pourquoi "

Une commission dont les membres sont nommés par le président de la république qui dira au président de la république qu'il ne pourra décider seul de certaine nominations... en tout cas c'est ce qu'il a décidé...

En gros je leur dirais mon echec et pourquoi je reste pour rattraper le coup...

La question du nombre de mandats présidentiels serait passé à deux.

Doter l'opposition d'un statuts.. pour mettre la majorité en face de ces responsabilités..
mais sans le bloquer..

L'utilisation du 49.3 serait conservé. L'article 16 ?
c'est ça :

Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier Ministre, des Présidents des assemblées ainsi que du Conseil Constitutionnel.

Il en informe la Nation par un message.

Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d'assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d'accomplir leur mission. Le Conseil Constitutionnel est consulté à leur sujet.

Le Parlement se réunit de plein droit.

L'Assemblée Nationale ne peut être dissoute pendant l'exercice des pouvoirs exceptionnels.

Un état d'exception... quoi..

Séguin controlerait en ce qui concerne l'élysée. La carte bleu de Cécilia n'a qu'à bien se tenir...

Les citoyens devraient pouvoir réclamer auprés du conseil constitutionnel.

Le sénat à la proportionnel plutôt que l'assemblée nationale..

Les 17 millions sont présidé par Nicolas Sarkozy, ainsi que les 21 millions et les 1, 5 millions ..

Le débat ne sera pas refusé par le président de la république , chiche ..

De la démarche de Nicolas Sarkozy sur les institutions

En ce qui concerne la composition de cette comission, au delà de la polémique de Jack Lang qui est comme toujours l'arbre qui cache la forêt. Les réformes proposés par Nicolas Sarkozy seront nombreuses et ont été annoncés depuis longtemps.

2 français sur trois pense que l'on devrait donner plus de pouvoir au citoyen
La comptabilisation des bulletins blancs serait d'autant plus justifié que le sondage BVA commandé par le Figaro et LCI montre que 66 % des français souhaite plus de pouvoir au citoyens alors qu'un sondé sur deux estime qu'il faudrait donner plus de pouvoir au parlement.

Une réforme avait été annoncé avant toute les autres : le décompte à part des bulletins blancs dés le moi d'avril 2006. Sera t'elle reprise par cette réforme des institutions ?

Mais un certain nombre de propositions apparaissent en sus des annonces déjà faites : Le RIC serait à l'honneur. (?!) d'où ça vient ? Par quel miracle le référendum d'iniative citoyenne a réussi a trouver son chemin dans ce sondage ? La question du vote blanc, elle, n'est pas posé... Remarquez que l'on a plus parlé du vote blanc que du RIC pendant la campagne. Et ce malgré la proposition de de Devaedjan qui elle n'a fait débat nul part... Mais bon avec des gentils médias qui sont prêts à mettre des sous sur la table pour faire plaisir au président du conseil général des hauts-de-seine, faut il encore s'étonner ? Comme quoi le véto de Raffarin sur le vote blanc semble persister à tous les niveaux.


Edouard Balladur, lui, ne s'arrête pas...
Le député européen Bourlanges ( qui soutenait Bayrou au premier tour des présidentiels annonce également faire partie de cette commission présidé par l'ancien premier ministre Edouard Balladur.
Je ne comprends pas comment on peut moderniser une démocratie avec des vieux croulants ?
La moyenne d'age est de 64 ans !! Voici les dix membres qui devront être annoncé définitivement le 22 Juillet :

  • Edouard Balladur ( Ancien premier ministre )
  • Didier mauss (Constitutionnaliste)
  • Pierre Mazeaud (ancien président du conseil constitutionnel)
  • Jack Lang (Professeur de droit, Ancien ministre)
  • Bertrand Mathieu ( constitutionnaliste )
  • Dominique Chagnollaud (Constitutionnaliste)
  • Jean-Louis Bourlanges ( Député européen )
  • Guy Carcassonne (constitutionnaliste)
  • Olivier Schrameck (constitutionnaliste, ancien directeur de cabinet de Jospin)
  • Olivier Duhamel (Professeur de droit )
Il était tous adolescent (ou de jeunes hommes) au moment de l'instauration de la 5ème république et n'ont guère eu à souffrir de la quatrième république. Comment dans ces conditions peut on confier à des gens qui ont fait leur vie dans un système politique, le soin de réformer et de "moderniser" ce même système...

Quand à l'instauration du vote blanc...

07 juillet 2007

Définition du jour : Arrivisme

ARRIVISME, s.m. Conduite traduisant une ambition sans limites et sans scrupules, et ayant pour objectif de réussir à tout prix. L'arrivisme d'un journaliste, d'un homme politique.

29 juin 2007

Les cafés citoyens; une institution ?

Lieu de débat de plus en plus à la mode, les cafés citoyens ont été tout au long de cette campagne des lieux très à la mode. Des cafés ségo à la république des blogs aux rendez-vous géopolitique sans oublier bien sûr les cafés de la nouvelle arcadie, une multitude de lieux se sont mis à la disposition des citoyens pour leu offrir en échange d'une bière l'occasion de parler d'un peu de tout et surtout de l'essentiel : la vie.

Et si on donnait à ces lieux leur lettre de noblesse, trop stygmatisée par la bataille autour de la cigarette. Et si les cafés redevenait les lieus de débat et de proximité qu'ils avaient été au cours des années révolutionnaires ? Quelles idées pourraient nourrir un statut nouveau et porteur de citoyenneté et de liberté d'expression ?

Si cette campagne a cru faire apparaître l'idée d'un e-citoyen, qui n'est rien moins qu'un nouvel essai de proposer une nouvelle approche de la connaissance et de sa transmission. Il n'en reste pas moins que le débat et l'échange n'est pas forcément ce qui nous a le plus frappé dans cette campagne. Les sujets se succédaient mais sans être approfondis. Les points de vue était relativement immuable et se sont nettement plus les ego qui en sont ressortis vainqueurs..

Ainsi dans une assistance relativement restreinte, le débat peut aller au fond des sujets et récuser la sempiternelle illusion du citoyen-veau...

On en reparlera, j'y réfléchis et vous qu'en pensez-vous ?


28 juin 2007

la Der de la blog/Rep

Belle soirée hier soir à la république des blogs. j'ai recroisée mes camarades et suis évidemment retombé amoureux de Quitterie , de son énergie , de sa lucidité et de son enthousiasme décidément à tout épreuve... les collègues bloggeurs Jérome Charré et Christophe Grébert qui lance tout les deux leur site pour les municipales... et oui déjà...

D'ailleurs interressante idée qui va être celle poursuivie par la plupart des bloggeurs-candidats, voire même par des partis politiques. Non, pas le Parti blanc. Allez pour ne pas trop en dire je dirais que j'ai vu F. discuter avec C. de la possible mise en place d'une plateforme.... comprendra qui pourra.. ;-)

On verra de toute manière ce qui arrivera mais en tout cas ce sera résolument orientée vers les citoyens et leur capacité à générer des idées et des propositions. Je ne m'étais pas tant trompé quand je confiais que les simples conseils de quartiers n'étaient pas suffisant. L'explosion de sites désirdavenir-like que j'ai pu constaté hier soir (je parle du principe, pas du fonctionnement).

Cet aspect orienté électeurs / citoyens a été également l'objet d'une discussion avec une demoiselle qui faisait un mémoire sur les blogs et plus perticulièrement sur les e-citoyens. Je me suis un peu laché. un lecteur était également présent pour m'couter dire que le e-citoyen est un concept vide qui n'éxiste pas. Il n'éxiste pas notamment parce qu'une forme de hiérarchie éxiste entre l'auteur du blog et ses commentateurs.

voilà je vous laisse là j'ai oublié de parlé de parler de tous les sujets que nous avons abordés. Je reviendrai sur ce sujet, qui me parait capital. nous avons bien un peu discuter avec Jules.
J'ai à peine croisé Maitre Eolas.
allez ciao !

26 juin 2007

65 bulletins blancs pour ayrault c'est pas fameux..

65 bulletins blancs sur un total de 188 soit prés de 33 % de bulletins blancs. Ce niveaux de contestations est assez extraordinaire. Le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, ségolèniste de la quasi première heure a été élu avec une certaine retenu. L'enjeu public n'était pas si important puisque cette fois-ci les socialistes avaient droit aux bulletins blancs. C'est étrange, ils ont préféré les bulletins blancs plutôt que l'abstention, il y en a eu quatre. Au premier tour, il a obtenu un score proche de la majorité (78). Les Fabiusiens ( 38 ) et les Jospiniens (33) n'explique qu'en partie les bulletins blancs. Le report des votes d'arnaud de Montebourg ( 30 ) qui gagne ici ces premières lettres de noblesses sont evident. On voit donc que c'est vraiment le camp de Ségolène Royal qui vient de gagner.

Le même camp qui a gagné le 16 novembre dernier, cependant cette fois-là il fallait montrer et démontrer l'union jusqu'à l'absurde... Ainsi Ayrault a été nettement mieux élu que Ségolène Royal dans leur scrutins respectifs. Il est conscient que plus d'un tiers des députés poseront problème un moment ou à un autre, les Fabiusiens attendront l'inspiration au congrès de versailles peut-être... Ségolène a pris avec cette élection une bonne partie de l'appareil socialistes. Ne nous y trompons pas, c'est un coup rude porté à François Hollande. Un coup en sourdine avec l'avertissement de 65 bulletins blancs, mais un coup.

Ces députés se sont ils posés la questions, et après ? Si le vote blanc arrivait en tête qu'aurait fait les députés ? C'est bizarre que cela soit bien pour les élus et pas pour les citoyens...

25 juin 2007

Ioannania ? Le vote blanc du conseil européen.

Ce week-end, vous n'êtes pas sans savoir que c'est négocié le plan B de la constitution européenne. Avec l'élection de notre nouveau président de la république c'est une version expurgé des symboles européen (Parti 3) qui a été choisie. Vous devez aussi savoir que deux pays était réticents au minitraité voire au traité . Le royaume-uni pour ces aspects "sociaux" à travers la charte des droits fondamentaux. Ceux-ci ont pu être satisafait avec ce qu'on appelle un "opt-out" qui leur permet de ne pas appliquer cette charte même si y faire référence oblige un peu le pays à l'appliquer... circulez il y a rien à voir...

Enfin, la pologne qui à travers le traité de Nice avait une sur-représentation qui pouvait se perdre avec le nouveau traité..

Mais ils y sont arrivés grâce à Ionnania : je laisse le journaliste de libé Jean Quatremer l'expliquer plus clairement :
[..] jusqu’en 2017, le « compromis de Ioannina » s’appliquerait avec les pondérations du traité de Nice (il faut s’accrocher) : l’idée est que si la minorité de blocage, calculée avec la pondération des voix niçoises, est proche d’être atteinte (soit 26,1 % des voix ou 38 % de la population ou un peu moins de la moitié des pays), la discussion doit se poursuivre afin d’essayer de parvenir à un consensus. Pourquoi sur la base de Nice ? Car la minorité de blocage est plus facile à obtenir qu’avec le système de la double majorité. Ultime concession : les seuils de 55% des pays représentant 65% des Etats resteraient inchangés, mais pour atteindre les plus de 35% de la population nécessaire pour bloquer, il ne faudrait plus seulement quatre pays mais cinq. L’idée est de compliquer la tâche de l’Allemagne. On ne sait pas si d’autres éléments sont compris dans ce paquet qui, négocié à cinq, a été présenté ensuite en séance plénière, à partir d’une heure du matin.
C'est Nicolas Sarkozy qui a pondu cette proposition ?
Apparement c'est Nicolas sarkozy qui a relancé la proposition (datant de 1994, soit avant le traité de Nice) lors d'une discussion avec le président polonais ( allez je me lance...) Kaczynski :
«Ils se sont quittés avec la décision commune que c'est cette proposition-là qui serait étudiée cette nuit par les experts, par les collaborateurs, qui vont examiner toutes les données techniques, toutes les hypothèses, qui vont faire tourner des ordinateurs pour calculer les cas de figure qui peuvent se présenter»

A qui profite le "crime" ? Au polonais disent certains en précisant l'aspect financier. Dans tout les cas cette possibilité de vote permet à une minorité de pouvoir bloquer les décisions et de provoquer de nouvelles discussions.
Pour moi ça ressemble au vote blanc. En tout cas tel qu'on le souhaite ou le propose.

[Update] Le rôle du conseil européen n'est pas très clait pour certains Voici le rôle et les responsabilité qu'on lui donne :
Les décisions du Conseil européen n'ont pas de valeur juridique. Pour qu'elles soient approuvées, il faut qu'elles fassent l'objet d'une proposition de la Commission européenne et d'un vote du Parlement européen et du Conseil de l'Union européenne.

Un bilan de la campagne électorale ?

Ca prendra du temps du temps de faire l'inventaire de l'ensemble. En résumé je dirais que des évidences : Cette élection a tourné autour de Nicolas Sarkozy : pour ou contre. Les seuls qui ont percé sont ceux qui avait le moins de projet a proposer: ils avaient donc la position facile de s'opposer simplement sans rentrer dans les contraintes d'un programme construit.


Mais ce qui m'a semblé le plus flagrant c'est qu'on parle de net-citoyen qui seraient allés au fond des débats. Et pourtant de nombreux apparaissent sans avoir réellement été débattu pendant la campagne et je m'inclus dans cet aveuglement. En ce qui concerne le service minimum je savais que le débat était biaisé. Depuis 1995, soit depuis 12 ans il n'y a pas eu de grêves qui se respecte. Elles ont dans l'histoire moderne de la France rarement été des grêves générales. Je veux dire qu'elle ont souvent eu un caractère très exceptionnel.

Ceci est un exemple pour dire qu'en vérité en période de campagne ce type de propos est impossible. C'est dommage de ne pouvoir éclairer les citoyens.

Un dernier exemple : la carte scolaire. Aujourd'hui on entend que la carte était de toute manière souvent détournée. grâce à des dérogations très souvent acceptée. Qu'est-ce que cela veut dire ? Que si réforme il y a, elle consistera essentiellement à ne plus être obliger de faire ces demandes de dérogations. D'autant que ces contournements de la loi concernaient sur tout les collèges les plus "connus".

Aprés il y a d'autres débat peu abordé pendant la campagne, la TVA sociale, le Porte avion qui d'après Hervé Morin ne serait pas nucléaire (!)... Donc pas fait fait avec le royaume-uni ... ?! enfin voilà qu'on ne me dise plus que nous avons abordé tout les débats ...

24 juin 2007

Sleeping with my ennemy : Bayrou et Royal

Etrange alliance proposée à François Bayrou par ,ségolène royal : "une discussion approfondie"...
Non pas que son tout nouveau célibat affichée l'ai "remise sur le marché" et que François aurait besoin de se restaurer après une défaite tout de même assez cuisante ... Défaite prévue puisque que seul onze candidat modem ont été maintenue au second tour...
Mais le plus étrange est l'union de ces deux candidats qui ont une une partie de leur électorat qui s'oppose. Beaucoup d'électeurs de François Bayrou ne voulait ni ségolène ni sarko et par défaut ont choisi le vote républicain que représentait Bayrou.
A gauche ségolène était aussi un vote anti-système. Et me viens l'idée de plus en plus évidente que le vote ségolène des primaires socialistes était un vote anti-apparatchik.
Cela ne marchera pas. trop d'égo en concurrence. Elle devrait plutôt s'investir dans la rénovation du PS.
Est-ce que la vrai nouveauté pour le PS ne serait pas d'ouvrir le vote à tout les sympathisant. C'est à dire que le choix du candidat des présidentiel ou bien tout les action qui engage l'avenir du pays soient décider par tous les électeurs même ceux qui ne sont aps au PS. Les décisions internes restant aux adhérents.
Autrement dit : ne découche pas ségolène, invite des amis...

21 juin 2007

La définition du jour : populisme

Une définition du Littré :

Populisme s.m. En littérature, Mouvement littéraire fondé sur la description réaliste des milieux populaires ( ouviers, paysans). "Marx et Engels ont toujours choisi les bons narrateurs bourgeois du XIXéme siècle en dédaignant le populisme de pacotille d'un Eugène Sue ", Velasquez Montalban. Attitude, mouvement politique prétendant incarner et défendre les aspirations, les préjugés du peuple considéré comme une entité. Le populisme incarne une corruption idéologique de la démocratie, et en révèle les dysfonctionnements.

D'autres articles explique également un point de vue différent sur le Populisme :
Il y a un populisme de gauche ou de droite :
Au cœur du populisme, se trouve être le nœud problématique de la démocratie, au point qu'on peut se demander dans quelle mesure l'exercice du pouvoir démocratique peut faire l'économie du populisme. Si l'on considère que la source du pouvoir est la volonté générale conduisant le peuple a accepter l'hétéronomie d'un pouvoir étatique garant de sa sécurité, de ses libertés et de ses droits : toute forme de représentation démocratique doit faire appel à la reconnaissance du peuple. Dans la pratique, l'élection démocratique met en jeu les mécanismes de séduction du pouvoir et spectacularise un rapport immédiat à la population. La scénographie des comices, des fêtes nationales et populaires, des manifestations de masse comme des campagnes électorales joue du populisme en multipliant les gestes d'appel au peuple.
Patrice Decramaix

Serait-il un ennemi ? En 1892, la plate-forme du Parti populiste américain énonce en préambule
« La corruption domine l’élection, les législatures, le Congrès, et effleure l’hermine des magistrats. Les journaux sont subventionnés ou étouffés. Notre travail perd sa valeur, la terre se concentre dans les mains des capitalistes. Les ouvriers ne peuvent pas se syndiquer, des travailleurs importés font pression sur les salaires, le produit du labeur de millions est volé pour édifier de colossales fortunes (2). »

Le Corbeau et le Renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus

20 juin 2007

UMP : La messe n'est pas dite, loin de là

Un article dans le canard enchainé me la rappelé et comme l'explique Jean-luc mélanchon: Le congrés de versailles n'est pas acquis à Nicolas sarkozy, notamment à cause de la cascade de cafouillage de Borloo, fillon qui a provoqué un nombre affaibli de député à droite. Or pour pouvoir modifier la constitution, il faut les 3/5 du parlement. Chiffres qui ne semble pas atteint aujourd'hui...

Bilan, pendant cinq ans pas de modification de la constitution sans négociations. Ces négociations ne manqueront pas de fragiliser la droite.

18 juin 2007

La démission d'un maire

Que ce soit à propos d'Alain Juppé ou bien de Jean-pierre Chevénement : il est bon de rappeler que la démission d'un maire ( qui est d'abord un conseiller municipal ) :

Il y a la loi L258:

[..]Toutefois, dans l'année qui précède le renouvellement général des conseils municipaux [Mars 2008] , les élections complémentaires ne sont obligatoires qu'au cas où le conseil municipal a perdu plus de la moitié de ses membres.
Dans les communes divisées en sections électorales, il y a toujours lieu à élections partielles quand la section a perdu la moitié de ses conseillers.
Donc aucune de ces démissions ne devrait provoquer de nouvelles élections ...

3,42 % de bulletins blancs ... et 40 % d'abstention

C'est ce que nous donne le site du ministère de l'intérieur. On voit par là une augmentation non négligeable de cette expression entre le premier et le second tour.

Certains candidats en ont fait les frais mais le plus édifiant reste le score sur certaine circonscriptions. Voyons le score du candidat Thierry Mariani. En effet même si sa victoire ne fais pas de doutes, les 5,94 % de vote blancs montre une forte opposition sur sa circonscription. L'abstention reste, elle, assez élevée.

Alain Juppé, Patrick Menucci, François Bayrou :les bulletins arbitre de plusieurs ciconscriptions en France ...

Par lequel commencer ?
Les plus grande figures de cette campagne ont eu à souffrir du Vote Blanc... Peu de campagnes auront été marqué par l'impact du vote blanc dans les campagnes présidentielles et législatives.

Allez commençons par celui dont tout le monde parlera cette semaine : Le ministre d'état et ministre du développement durable Alain Juppé... bref le super-vice premier-ministre va être sacrifié sur l'autel du "ministre choisi par le peuple". Son élimination s'est faite au vote blanc près... 2.02 % de bulletins blancs , 746 bulletins blancs sont un peu plus de voix qui séparent Mme Delaunay et M. Juppé (670). La moyenne du pays est plus basse, il y a donc clairement des voix qui ont manqué à M. Juppé et c'était bien l'intention des électeurs. Ne pas comptabiliser les bulletins blancs c'est s'interdire de les étudier. C'est s'interdire de pouvoir l'anticiper. C'est foncer dans un mur en se disant qu'il y aurait bien un moment pour enlever le bandeau sur les yeux...

Ensuite Patrick Menucci, l'inséparable de Ségolène Royal... Celui qui l'a porté pendant toute la campagne présidentielle... perd également avec 3.39% de bulletins blanc et nuls.. soit plus 850 voix. Encore une fois c'est largement au-dessus de la moyenne nationale.. L'électeur a donc voulu ne pas voter ni pour l'un des candidats ni pour l'autre.

La proposition de Nicolas Sarkozy de différencier les bulletins blancs n'est pas suffisante, Il faut les comptabiliser pour pouvoir faire campagne en fonction de leur nombre. Les comptabiliser dans ces différends cas aurait peut être permis de ne pas voir éliminer ces candidats par une campagne plus adaptée...

Ensuite ces deux candidats du Modem voient leur message largement égratignée un niveau hors du commun des votes blancs.. 11,20 % pour ce candidat d'Île-et-Vilaine et 10,02 % pour .... François Bayrou... Son élection n'a donc pas été facilité... par une partie de l'électorat UMP qui n'ont probablement pas apprécié son positionnement anti-sarkozyste.. Le prendra t'il en compte dans ces discours futurs ?
Sa traversée du désert sera l'occasion d'y réfléchir ...

Pour être clair : comptabiliser les bulletins blancs canalisent les votes blancs et évitent de transformer le résultat d'une élection en jeu du hasard. Je le répèterai jusqu'à ce qu'il y est un vrai débat de fond sur ce sujet...

17 juin 2007

Le vote «blanc» ne progresse pas

14/06/2007 21:27 Le vote «blanc» ne progresse pas

Six candidats du Parti blanc se sont présentés pour que le vote blanc soit mieux reconnu

Ils ont été six dimanche dernier 10 juin à se présenter dans toute la France, pour défendre une couleur : le blanc. Inutile de chercher à les positionner sur un curseur gauche-droite, le « Parti blanc » a pour seul programme une meilleure reconnaissance du vote blanc. Dans la configuration actuelle, celui-ci n’apparaît, sans distinction avec les bulletins nuls, que dans la différence entre votants et suffrages exprimés. Dès lors, cette possibilité de marquer sa protestation ou son indécision, sans céder à l’abstention, n’a pas d’impact. Pour y remédier, et attendant que la loi change, le Parti blanc, créé en 2 000, a choisi de présenter, dimanche dernier, des candidats qui serviraient uniquement à comptabiliser les « électeurs blancs », pour pouvoir les faire apparaître dans les tableaux de résultats.

Après une liste aux élections municipales de Caen en 2001, 38 candidats aux législatives de 2002, l’association a été contrainte, financièrement, de n’en présenter que six cette année, à Marseille, Caen, Paris, Toulouse, Bordeaux et Strasbourg. Ils ont totalisé 1 593 voix, avec des scores allant de 0,21 % à 1,04 % selon les circonscriptions, soit approximativement les mêmes qu’en 2002. Mehdi Guiraud, président du Parti blanc et candidat dans la 16e circonscription de Paris, ne se dit pas déçu. « On ne fait pas campagne pour voter blanc, notre objectif est juste de donner la possibilité aux électeurs de le faire », affirme-t-il.

« Le score n’est pas important pour nous », affirme même Géraldine Grün, la candidate dans la 2e circonscription du Bas-Rhin (lire aussi La Croix du 13 février dernier). « Ma déception, ce n’est pas mes 0,74 % mais les 40 % d’abstention », martèle-t-elle, allant jusqu’à dire que « dans une démocratie idéale, il n’y a pas de vote blanc, car tous les électeurs trouvent un candidat qui emporte leur adhésion ». D’ailleurs, en cas de victoire, les candidats du Parti blanc s’étaient engagés à démissionner. « Je sais que notre démarche est subtile, et souvent les gens ne comprennent pas que nous ne sommes pas un vrai parti », reconnaît Géraldine Grün.

Marquer sa différence

L’association fait pourtant tout pour marquer sa différence. Sur leurs affiches, les visages des candidats du Parti blanc n’apparaissaient pas. À la place, cette inscription : « Votez », et cette mention « bulletin blanc mais reconnu ». La démarche est simple, mais les faibles moyens pour mener une vraie campagne d’information n’ont pas permis de l’expliquer. D’ailleurs, dans les circonscriptions où se présentait un candidat blanc, les traditionnels votes blancs et nuls subsistent, et les dépassent souvent.

« Les électeurs n’ont peut-être pas confiance, se disent que c’est une arnaque », estime Mehdi Guiraud, et surtout ils sont peu informés : « On n’a pas eu droit aux grands médias », regrette-t-il. Pour l’heure, l’association a décidé de contacter tous les députés dès leur élection, afin de les inciter à proposer une loi pour la reconnaissance du vote blanc.
Élise DESCAMPS

15 juin 2007

Le suffrage universel en danger

Dimanche, se joue plus que l'on ne peut imaginer. Dimanche c'est le suffrage universel qui est en danger. Mais d'où vient cet alerte trop grave pour être accepter en l'état ?

En vérité nous sommes dans une transition d'une rare importance. A travers tout le pays on a senti un vent d'une vigueur sans pareil et d'une rare pugnacité pendant la campagne présidentielle. Une sourde colère nourrit par cinq année sous le joug d'un affront démocratique ayant renversé les équilibres traditionnels.

Car ce renversement a concrétisé une situation politique qui avait déjà eu l'occasion de s'exprimer dans les urnes en 1995 . Dès cette élection, les bulletins blancs ont atteint prés de 2 millions de bulletins blancs..

Un débat aurait dû apparaitre à ce moment là sur la légitimité d'un président de la république élu avec autant de bulletins blancs. D'autant que Jacques Chirac à eu plus de vote contre lui que pour lui ?

Mais en quoi cela mettrait-il en danger le suffrage universel ? Aujourd'hui il y a le constat de cet abstention massive au premier tour des élections législatives. Celle ci succède à une élection trés personnalisée, et par de nombreux aspects avec des accents populistes. Et déjà on a vu poindre des envies de vote obligatoire. Comme si retirer la liberté d'exercer un droit était la garantie d'un élan civique. Un paradoxe révélateur de la volonté d'écarter l'analyse de la situation par la mise en cause du peuple.

En vérité il s'agit de ce vote intermittent de nos concitoyens. Ceux-ci vont voter lorsque l'enjeu en vaut la chandelle. Et déjà ici et là les partis politiques proposent le vote obligatoire. Certains électeurs disent qu'ils ne veulent pas voter pour un partis qui perd.

Que faire ?
Nous sommes dans une démocratie d'opinion. Cette démocratie d'opinion, à mon sens, date de l'instauration du suffrage universel. Il est illusoire de penser que lorsque l'on donne au plus grand nombre le droit de vote, celui-ci s'exprimera sur la seule base de l'étude raisonnée et comparée de chaque candidat et chaque programme. Cela est heureux d'ailleurs. Un peuple est porté par un homme, une figure, une image. Un pays avance par le désir d'un modèle, d'une utopie et d'une image utopique du futur.

Cette vision idéale de la société est en danger. La mettre en question est le contraire d'une bonne réponse. C'est le pire qu'il pourrait arriver. Or c'est bien cela qui est remis en question lorsque l'on vote pour gagner exclusivement. Il faut savoir se battre et convaincre pour son rêve
. On peut ne pas avoir le même que les autres, car là n'est pas le problème.

En effet, les politiques veulent nous faire penser que le peuple n'est là que pour payer des impôts et voter. Dés le lendemain du vote, le rêve et l'utopie disparaitrait aussitôt. Et non, un citoyen pour pouvoir porter le pays, doit avoir envie de se battre pour le futur et ceci dés le présent imparfait...

Lorsque les médias parlent de vague bleu dés avant les élections ils ne font que montrer une réalité. Mais celle-ci est toujours plus compliqué. La réalité est que d'un coté il y a eu un travail sérieux et de l'autre une arrogance anesthésiante. Cette arrogance n'a pas voulu voir un vote de contestation lors des primaires socialistes. Ce refus de voir la réalité a été en particulier flagrant dans le refus de comptabiliser les bulletins blancs. Cette réalité est donc bien là.

Donc si le vote est décrédibilisé ainsi, c'est bien par l'absence de la comptabilisation des voix dissidente, c'est bien par l'absence de comptabilisation de cette contestation. C'est bien par le refus de voir dans le peuple cette capacité à rêver autre chose.

La faiblesse d'un programme politique, son dépassement pour quelque raison que ce soit, fait partie de la démocratie. Le suffrage universel donne cette capacité à rêver, à donner une expression possible à un renouvellemnt, à une refondation comme on dit en ce moment.

Si les électeurs ne vont pas voter c'est parce que le geste de désaveu est associée à l'abstention. La confusion entre les désaveu et abstention est entretenu par l'absence de bulletins blancs. Ni le vote obligatoire, ni le vote censitaire ne pourrait répondre à ce désaveu.

Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

A la pèche au votants ....

Ce dimanche préférez le matin pour aller voter... l'après midi il fera un temps à pleurer...

Plus sérieusement, Les journaux ont enfin décidé de se préoccuper de l'abstention La Croix suit Lamour dans le 15ème, Le monde relatent l'appel au sursaut des socialistes, Libération montre les efforts de Dominique Straus-Khan pour rattraper du terrain et le Figaro, lui, regarde ailleurs... et ne parlent pas de l'appel de Fillon pour les électeurs de gauche et du centre que seul la dépèche du midi entre autres met en perspective...

C'est ainsi que cela se passent aujourd'hui, après le silence assourdissant en début de semaine

14 juin 2007

[Colère Blanche] L'Europe contre les citoyens ...

"Nicolas Sarkozy m’avait fait part de son intention de faire approuver cette partie du texte, sans modification, au cours de la session parlementaire du mois de Juillet, pour prouver la détermination de la France de rejoindre le convoi européen. Cette attitude m’a paru juste et raisonnable."

Voilà ce qu'on peut lire sur le tout nouveau blog de Valéry Giscard d'Estaing. C'est ma grande tristesse contrairement à ce que dit l'ancien président de la république :
La première partie, qui porte sur les institutions n’a pas été réellement contestée. Même en France, pendant et depuis le referendum, elle n’a pas été remise en question.
Si la constitution avait été en débat à la suite du résultat du référendum ça se saurait ... Mais qu'est-ce qui me gène dans cette "première partie" ?
Cet article-là (46-4):
La Commission peut, sur initiative d’au moins un million de citoyens de l’Union issus d’un nombre significatif d’États membres, être invitée à soumettre une proposition appropriée sur des questions pour lesquelles ces citoyens considèrent qu’un acte juridique de l’Union est nécessaire aux fins de l’application de la Constitution. La loi européenne arrête les dispositions relatives aux procédures et conditions spécifiques requises pour la présentation d’une telle initiative citoyenne.
Pardon, je sais que ce texte est un tout, qu'il faut le regarder dans son ensemble... Mais franchement je ne saurais attribuer qu'à la seule extrême-gauche le rejet de ce texte. Et encore moins aux souverainistes. Je souhaiterai tellement qu'il y ait un débat sur cette soi-disante démocratie Européenne.

Il n'y en aura pas. Nicolas Sarkozy ne s'en ai jamais caché : voter pour lui, c'est faire passer la convention européenne..

Ce débat est pour moi le fondement de cette démocratie : Nous avons vu depuis plus de quarante ans l'Europe sous l'angle économiste. Qu'on la rende aux citoyens !!

Cette convention est un modèle de langue de bois en la matière. Même les avancées les plus fondamentales - et qui semblaient acquises- sont faites sur la pointes des pieds :
TITRE VI: LA VIE DÉMOCRATIQUE DE L’UNION
Article 44: Principe d’égalité démocratique
Dans toutes ses activités, l’Union respecte le principe de l’égalité de ses citoyens. Ceux-ci bénéficient d’une égale attention de la part des institutions de l’Union.
D'une "égale attention..." Attention, justement il faut faire à ne pas aller trop loin dés fois que l'on y croit... Mon ironie ne peut être à la hauteur de ma colère. Voici comment les Français se dirigent aujourd'hui vers une constitution qui sera adopté sans coups férir...

Dans le silence de l'abstention on entend pas les citoyens crier...

D'aprés Nicolas Sarkozy et Valérie Giscard d'Estaing, la Partie I et II ne contiennent pas d'aspect politique :

"la dimension fondamentalement politique de l’Europe, se posera dans un second temps."

et pourtant qu'est-ce que :

Article 39: Dispositions particulières à la mise en œoeuvre de la politique étrangère et de
sécurité commune
Article 40: Dispositions particulières à la mise en oeuvre de la politique de sécurité et de
défense commune
Article 42: Clause de solidarité
Article 43: Les coopérations renforcées
Article 47: Les partenaires sociaux et le dialogue social autonome
Article 51: Statut des églises et des organisations non confessionnelles
Article 56: L’Union et son environnement proche...

Si tout cela n'est pas une dimension fondamentale de l'Europe, alors oui je suis un incompétent en politique...
Mais alors, dans ce cas là, expliquez-moi ...

P.s : A ceux qui me prendront pour un anti-europe qu'ils me contactent, que je leur explique à mon tour...

12 juin 2007

Une intervention bien tardive...

Avec un peu de retard, je vous prie de bien vouloir m'en excuser, voici l'intervention de Geramain lors du café du commerce le 4 Juin dernier... (!)

Belle intervention donc Germain et très bonnes réponses ..


Suignard paris'cap
Vidéo envoyée par partiblanc

Soirée passionante à Paris Cap


Dommage que cela se termine la semaine prochaine... Mais bon je suis nous nous y retrouverons pour cette dernière soirée.

J'y ai retrouvée un voisin.
que j'invite à me contacter sur mon mail partiblanc[at]gmail.com pour les autres photos


Je suis plutôt content de cette rencontre. Le débat était très clivée. j'espère que les électeurs ne seront pas repousser par les électeurs.

Ils est capitale que la participation soit bien meilleure qu'au premier tour...

Il y a également eu une vidéos faites par mon camarade Germain. Mais c'est encore trop tôt...

11 juin 2007

Rendez-vous ce soir à Paris Cap


Ce soir nous nous trouverons au bar "Le Commerce", 2, rue Planchat dans le 20ème arrondissement (metro Avron ou Rue des Boulets).

ce rendez-vous sera tourné autour du bilan du premier tour.

Et j'espère que nous parlerons un peu d'avenir que ce soit pour le Parti Blanc ou pour l'Europe.

Germain reprendra son étiquette fédéraliste pour présenter des nouveautés.

Mais, je vous fairais une petit vidéo où il vous dira ces propositions...

France info regarde ailleurs...

Ce matin je réagis à propos de France-Info qui semble accepter de ne pas traiter le problème de l'abstention:

Bonjour,

Permettez moi de m'agacez quand au type d'information que vous mettez en avant le lendemain d'une abstention historique ( pour la 5ème République ) . L'avis de l'entraineur de Laure Manaudou me parait être moins signifiant que le score de 1,31 % d'un candidat du Parti Blanc dans le 6ème canton de Bordeaux.. Cela me parait moins signifiant que 40% d'abstention... L'enjeu apparemment absent et une gauche démobilisé est et devrait être au coeur de vos investigations. Car si l'expansion du Parti de Nicolas Sarkozy est extraordinaire. Il n'est pas moins extraordinaire de voir l'effondrement de valeur politique ayant plus de cent ans..

Je trouve scandaleux, qu'il n'y ait pas une prise de conscience de votre rédaction sur ce point. Quand bien même mon analyse serait mauvaise, cette abstention est révélatrice d'une crise institutionnelle. Cette crise était, je vous le rappelle, un des thèmes de la présidentielle.

Comment peut-on, aujourd'hui, parler d'autre choses que de participation électorale ?


10 juin 2007

Et la participation elle, s'éffondre

Pendant que tout ces candidats se crêpent... l'abstention a 38 % se gaussent...
et pourtant il y avait le choix, hein ?

Le résultat est visible sur le site de Versac.

A mon avis, elle est pire encore, si on regardait la représentation française...

déjà quelques tendances :nos scores tournent autour de 0,75%.

Marie-Laurence Gaillot ( Toulouse ) = 0,75%
Carole Hersent-Lechatreux (Caen) = 0,92 %
Géraldine Grün-Nevers (Strasbourg) = 0,74 % VB= 0,9%
Mehdi Guiraud (Paris) = 0,60 % VB=0,71%
Alain Assouad ( Marseille) = 0,21 % sans profession de foi ...
Xavier Forsans ( Bordeaux ) = 1,04% VB=1,73%

Une abstention qui sanctionne la pipolisation de la campagne.

Une abstention qui semble être autour des 45 %.
Un constat est simple :

1) Echec de l'appel au rassemblement à gauche comme à droite. L'élan revendiqué par Ségolène Royal, par Nicolas Sarkozy ou même par François Bayrou n'a pas eu lieu. Les électeurs attendent une concurrence des idées. Il y en avait pas, de fait les électeurs ne sont pas aller voter.

2) Pas d'enjeu donc faute d'une concurrence réelle. Cette concurrence aurait pu être créé par la comptabilisation du vote blanc avec un seuil à 25%.

3)La campagne présidentielle a mobilisé les média, mais cette fois-ci, ils ont boudé cet enjeu fatigué eux-mêmes, ils ont estimés que les français étaient également épuisés par la démocratie.
Publier le message
Les scores de nos candidats arriveront au fur et à mesure ils seront relayés sur le site des législatives.

08 juin 2007

Aller voter, blanc ou pas , mais allez voter !

J'aurai pu aussi bien le dire que Géraldine à Strasbourg.
Mais je le dis à ma manière : Votez, respirez, vivez ! Et commencez dés ce Dimanche.

Dans cette élection législative de 2007 si particulière, tous les scores comptent. Même le score de celui qui sera premier à coup sûr: 75% cela ne dit pas la même choses que 51 %. Et si vous n'y arrivez pas pour un des partis majoritaires, il y en aura au moins dix autres en moyenne qui attendront vos votes. En France, le Parti Blanc en propose six. Et dés ce dimanche le sort en sera jeté...
Arriverons nous à faire baisser l'abstention là où nous serons ? Comment les citoyens réagiront ils, après l'enjeu de l'élection de Nicolas Sarkozy.. ? Personne ne sait vraiment seule le geste des électeurs donnera du poids à leurs votes. Mais ils doivent être nombreux à aller voter.

Votez! C'est la seule conclusion que j'ai pu trouvé chez Maurice hier soir :
Merci à lui de m'avoir invité j'en suis réellement fier.


Photos du Café du Commerce

Lors de notre soirée télévisé avec Germain Suignard, de nombreuses photos ont été prises.

Dont celle-ci où on voit Germain en pleine action et répondant aux questions d'Alessandro. La vidéo est ici.

Les candidats du Parti Blanc

Les candidats blanc sont à la gauche de ce blog. Vous trouverez pour Xavier ( Bordeaux ) et Carole ( Caen ) des mini CV sur leur pages respectives.
Bientôt les autres suivront, allez-y donc régulièrement, d'autant que notre actualité évolue chaque jour.

A la fin de la semaine nous présenterons les lettres de démission lors d'une réunion publique à l'école LAUGIER à 19 heures, Vendredi : 16 rue Laugier 75017 Paris.

Une réunion aura lieu à Bordeaux ce Jeudi :

Jeudi 7 Juin à 20 h 30 à la Salle SON-TAY, 1 Rue Son-Tay à BORDEAUX (33800).

Ce sera l'occasion de répondre aux questions de nos concitoyens.

Rendez-vous là-Bas, donc ce vendredi !

07 juin 2007

Passage sur La chaine Parlementaire


Assemblée Numérique
Vidéo envoyée par partiblanc

Rendez-vous de la semaine.

En vrac les rendez-vous de la semaine :

Jeudi 22h00
Ce soir Rendez-vous chez Maurice Radio Libre sur Radio Néo, que vous pourrez écouter en ligne si vous n'êtes pas à Paris ou sur 98.2 en FM.
deux heures, donc à être cuisiné...

Je ne sais pas comment ça va se passer mais en tout cas je suis fier d'aller chez ce gars...

Lundi Soir
Paris 'cap avait organisé un débat diffusé en direct sur NOOS. avant la diffusion j'ai été interviewé en podcast, Il y avait de nombreux invités.



et ce Mardi 5 Juin, la diffusion d'une petite séquence d'Assemblée Numérique La chaine Parlementaire.

Demain http://www.marianne2007.info, Merci à Anna.

Et puis n'oubliez pas le rendez-vous de Vendredi à 19 H00 16 rue Laugier dans le 17 ème.

02 juin 2007

Géraldine Grün-Nevers : comptabiliser le vote blanc

dans les DNA
vendredi 1er Juin

Géraldine Grün ira voter les 10 et 17 juin. « J'ai même une petite idée de pour qui je vais voter », ajoute-t-elle. Et on peut être sûr que ce ne sera pas pour elle.
En effet, la candidature de cette jeune femme de 30 ans, rédactrice-conceptrice multimédia, diplômée de l'IEP et de l'école de journalisme de Strasbourg (CUEJ), ne vise pas à récolter le maximum de voix pour être élue. La responsable de la cellule locale du « Parti blanc » milite pour la reconnaissance du vote blanc. Pas de raison donc de lui donner sa voix si on est convaincu par l'un des seize autres candidats de la circonscription. Elle espère d'ailleurs faire le moins de voix possible et aucune photo d'elle n'apparaît sur son matériel électoral. Ses bulletins devraient porter la mention « bulletin blanc mais reconnu ».
Melle Grün se dit d'abord « citoyenne », passionnée de droit constitutionnel. Pendant ses études, elle fut frappée d'apprendre que le vote blanc n'était pas comptabilisé, et qu'il n'avait pas plus de poids que les bulletins nuls. « Très européenne », elle milita lors de la campagne sur le référendum européen en 2005, sans prosélytisme ni pour le « oui », ni pour le « non », mais en expliquant le texte aux citoyens.

« Respecter » celui
qui vote blanc

Opposée au vote de protestation qui favorise les extrêmes, ou au vote « à contrecoeur » sans réelle adhésion, elle se fait l'apôtre du « carton blanc », brandi au lieu du carton rouge. « Il ne faut pas avoir honte de ne pas savoir choisir », dit-elle, en imaginant qu'une élection puisse être annulée puis refaite à partir d'un certain nombre de suffrages blancs exprimés. Sa candidature n'ayant d'autre but que de compter les votes blancs, elle démissionnerait aussitôt si elle était élue. « Nous appelons au vote. Celui qui vote blanc n'est pas un abstentionniste, il se déplace, il s'implique en tant que citoyen. Il vient dire quelque chose. Ce n'est pas le respecter que de faire comme s'il n'existait pas. »
La candidature d'un « candidat blanc » à Strasbourg, Paris, Caen, Bordeaux, Marseille et Toulouse, est, espère la candidate, le point de départ d'un mouvement plus large et plus ancré. Et une façon d'interpeller les élus pour qu'ils oeuvrent à réformer l'article L66 du code électoral.

Denis Tricard

Circonscription 2 : Bourse, Krutenau, Esplanade, Neudorf, Musau, Meinau, Neuhof, Port-du-Rhin.

01 juin 2007

RMC : Xavier Forsans

En ligne ici :

Dans cette campagne pour les élections législatives, ils sont 6 à se présenter sous l'égide du " Parti pour la reconnaissance du vote blanc ".

Un parti créé en l'an 2000 et qui avait déjà présenté des candidats pour les municipales de 2001 et les législatives de 2002.
Ils se présentent à Paris, Caen, Strasbourg, Marseille, Toulouse...
Egalement en Gironde, dans la 3ème circonscription (qui comporte notamment l'agglomération Sud de Bordeaux) où Xavier Forsans est candidat pour la première fois (il a 40 ans, c'est un expert comptable marié avec 3 enfants et sa suppléante n'est autre que son épouse).

" Votez blanc, votez Forsans "...
Comment expliquer ce paradoxe (être obligé de voter pour quelqu'un si on veut voter blanc) ?


Quel est le but de ce parti et donc de ses candidats ?



Avec Olivier Schwarz, reporter RMC.

31 mai 2007

Programme de la semaine à venir

A mon tour d'avoir quelque rendez-vous à vous proposer :
Samedi 2 Juin 9h30, tractage rue Poncelet
Lundi 4 Juin 20h30 Paris Cap, lors d'une émission-débat ("café du commerce") qui aura lieu dans le 13ème Arrondissement de Paris.
Bar Le Commerce ,46, rue de Tolbiac, 13ème ,métro : Bibliothèque François Mitterand (ligne 14)
Il vous faudra vous inscrire sur le Wiki
Mardi 5 Juin 20 H30: Diffusion sur LCP d'une interview enregistré jeudi 30 mai pour Assemblée Numérique.
Mercredi 6 Juin : relache
Jeudi 7 Juin 22h00 : Emission en direct sur Radio Néo dans l'émission de Maurice Radio Libre. L'émission est en direct de 22h00 à minuit.
Vendredi 8 Juin 20h Réunion publique 112 BD Berthier (Métro Porte de Champérêt) à de 20h à 22h.
J'ai besoin de monde pour le tractage samedi 2 Juin.
merci de me confirmer à mehdi@partiblanc.fr

Un maire élu avec une voix face à 105 bulletins blancs et nuls


Certains des liens sont militants, ils ne sont pas le reflêt d'un quelconque soutien de ma part.

Voyez ce petit village basque d'Elduain qui par son vote a refusé l'élection d'un maire où le maire a été élu avec une voix. Une seule voix.

24 bulletins blancs, 83 ont voté nul ( en fait un bulletin du parti nationaliste Basque ). Pourtant le seul candidat validé sera le le candidat espagnol du Parti Populaire. Puisque les autres candidatures n'ont pas été validé. Pourquoi ?
Parce que l'ANV présentait des listes formées pour un quart d'éléments de Batasuna.
C'est quoi Batasuna ? Pour ceux qui ne connaissent rien de la lutte Basque : je dirai que c'est un groupe qui a marqué son soutien à l'ETA. Batasuna comme ETA sont considéré comme des mouvements terroristes par la communauté européenne. De nombreux attentats ont été revendiqué par ce groupe, le dernier a fait 2 morts à l'aéroport de Madrid le 30 décembre dernier.
Ceci explique donc cela.
Ceci dit l'attitude de bloquer l'engagement politique n'est pas de nature à aider la mutation de ce mouvement en parti réellement démocratique. D'une manière général le fait de mettre aux responsabilités une formation politique a plutot tendance à calmer les esprits. Si malheureusement la situation en Palestine démontre le contraire, la réussite du processus en Irlande du nord semble confirmer cela.
Je comprends, toutefois, les autorités espagnols qui refuse de voir des activistes armés exercé un mandat quelqu'il soit. Il faudra au moins laisser le temps à certaines larmes de sécher, et à de nombreuses blessures le temps de se refermer.

Pour ce qui est de l'aspect juridique de cette élection, ce ne serait pas possible en France.
Puisque dans un article du Code électorale, il est stipulée :
"Nul n'est élu au premier tour de scrutin s'il n'a réuni :[..] un nombre de suffrages égal au quart de celui des électeurs inscrits."
Je ne sais pas ce que dis la loi espagnole sur l'élection municipale, mais apparemment il y a un que l'outil de revendication.
Personnellement je préfère ça.

30 mai 2007

France Bleu Gironde : Xavier Forsans

Interview sur France-Bleu Gironde de Xavier Forsans :

Dans la masse des candidatures pour ces législatives, figurent comme d'habitude des francs-tireurs, à l'exemple de Xavier Forsans qui organise sa quinzaine du blanc.
Cela ressemble à une plaisanterie, eh bien, pas du tout !! cet expert comptable âgé de 40 ans se présente dans la 3eme circonscription de Gironde, celle de Bègles-Bordeaux Sud-Villenave d'Ornon-Talence.
Il défend le vote blanc , qu'il soit pris en compte alors qu'il est considéré comme nul, c'est- à -dire pas pris en compte
dans le nombre de suffrages exprimés.
Donc Xavier Forsans brigue le suffrage des électeurs pour défendre le vote blanc... paradoxe qu'il assume totalement.
Le parti auquel Xavier Forsans adhère depuis l'année dernière, présente 6 candidats au total sur l'ensemble de l'hexagone, avec les moyens du bord.
Réunion publique prévue le 5 juin prochain salle Son Tay, à Bordeaux à 20h30.

27 mai 2007

A nous les forces citoyennes !

Voilà chers amis.
Nous avons besoin de votre aide !
15 petits jours nous séparent du scrutin législatif et des tractages sont dors et déjà en prévision.
à Paris, Marseille,Caen, Toulouse, Bordeaux ou Strasbourg.
N'hésitez pas à leur faire part de votre disponibilité :
Xavier , Bordeaux, bordeaux@partiblanc.fr
Carole, Caen, Caen@partiblanc.fr
Géraldine , Strasbourg, Strasbourg@partiblanc.fr
Marilo , Toulouse, tolosa@partiblanc.fr
Alain, Marseille, marseille@partiblanc.fr
et moi-même, Paris, mehdi.guiraud@gmail.com
C'est maintenant ou Jamais !!!
J'ai déjà prévu un tractage samedi 2 Juin au Marché Poncelet (Métro Ternes) de 9h à 13 heures et Rue Lévis (Métro Villiers) avec mon suppléant Germain Suignard aux mêmes heures.
Nous avons également besoin de vous les autres jours de la semaine. Donnez-nous vos disponibilités : Tout sera bon pour informer les électeurs qu'il sera possible de voter blanc dans ces circonscriptions !!
On tachera de rendre cela festif avec nos masques blancs !
A nous les forces citoyennes !!!
Mehdi.

LTV33 : Xavier Forsans sur une télé Web.



L'intervention est à mes yeux, chirurgicale. Elle pourrait être la première vidéo à regarder pour comprendre notre démarche. Vous pouvez également voir d'autres vidéos sur le site de TV33.

26 mai 2007

16ème de Paris Les candidats de ma circo ...

16 ème circoncription









Parti NOM ET PRENOM DU CANDIDAT NOM ET PRENOM DU REMPLACANT
FN 1- Mme Danièle LANCON
M. Pierre DE BEAUPUIS ?

2- M. Bernard BOYER
M. Claude Marie BELLIVIER ?
UMP 3- Mme Françoise de PANAFIEU M. Jean-Didier BERTHAULT ?
LO 4- Mme Germaine BAUER
Mme Sylvie KOHN ?
VERTS 5- M. Yves CONTASSOT
Mme Martine LEBRANCHU pour la reconnaissance du vote blanc
PS 6- Mme Christiane PEUGEOT M. Frédéric LARCHE ?

7- -M. Jean-Christophe HOLENKA M. Pascal THIRIET ?
PRG 8- Mme Christine GOUBERT-MARTIN M. Christophe LANOË ?
PCF 9- Mle Marianne DRUON
Mme Fabienne DUPUIJ ?
LCR 10- Mme Jacqueline GUILLOTIN M. François COUSTAL ?
Parti Blanc 11- M. Mehdi GUIRAUD
M. Germain SUIGNARD pour la reconnaissance du vote blanc
MRC 12- M. Michel JALLAMION
M. Hedi DRIDI ?
Modem 13- M. Olivier MOUSSON
Mme Marie-Claude DELALANDE pour la reconnaissance du vote blanc

14- Mme Claudia SALÉ
Mme Salika CHABI ?

Voilà nous sommes 14 candidats à la fin d'une quinzaine de folie...
Je vous expliquerais un jour ce qu'est la vie d'une personne qui organise la présentation de 6 personnes aux élections législatives. Les petites joies - dont il faut savoir se nourrir- sont le plaisir que j'ai eu de rencontrer M. Contassot aujourd'hui près du Marché Belon. Evidemment je lui ai posé la question de la reconnaisance du vote blanc. Il est pour, et me confirme qu'au sein des Verts, les rêgles dragonniennes démocratiques ont par le passé posé des problèmes.
Donc en voilà un , Apparemment Mme la député de Panafieu n'est pas favorable. Mais nous aurons l'occasion je l'espère de lui poser cette question.. Du moin si elle est disponible tant elle est occupé par sa stratégie de carrière...

25 mai 2007

Sud-Ouest : La quinzaine du blanc


3e CIRCONSCRIPTION. -- Xavier Forsans s'essaie à la campagne pour faire reconnaître le vote blanc. Le nom de son parti annonce la couleur

La quinzaine du blanc
Votez blanc, votez Forsans. C'est ce paradoxe que s'apprête à défendre le Talençais Xavier Forsans à la législative sur la troisième circonscription. Ils ne sont que six en France à représenter son parti, dont lui. Les autres sont à Caen, Marseille, Paris, Strasbourg et Toulouse. Il fait sérieux. Expert-comptable, 40 ans, trois enfants de 11, 8 et 5 ans, marié à une infirmière qui est aussi sa suppléante, il fera campagne en famille. Le candidat fut acteur associatif de quartier, un bénévole du sport qui vient du scoutisme, un électeur de Bayrou le 22 avril, c'est un catholique actif, mais tout ça n'a « rien à voir » : « la démarche du parti blanc est totalement apolitique, parce qu'il regroupe des gens qui viennent de tous les horizons. Une formule lui sert à résumer sa démarche : « j'offre mon nom » à ceux qui, comme lui, voudraient que le bulletin blanc soit reconnu comme l'expression d'une « opinion complète ». Un acte citoyen. Son parti, certes pas de masse, est né en 2000, il y a adhéré en 2006. « Il s'agit de faire revenir les électeurs aux urnes. C'est dommage de s'abstenir quand aucun candidat ne vous convient vraiment. C'est une vote de défiance, de rejet des autres candidats, mais c'est un acte citoyen. Il faudrait même un dispositif pour qu'une élection puisse être annulée en cas de majorité du vote blanc. Tant qu'on ne reconnaît pas ce bulletin, les gens sont tentés par les votes protestataires aux extrêmes, comme en 2002. Ce que je dis aux électeurs, c'est que si les onze autres candidats de la circonscription ne leur plaisent pas, ils votent pour moi. Et si j'étais élu, je défendrais cette unique loi, et une fois adoptée, je démissionnerais ». Même le taux de participation très fort de la présidentielle ne démonte pas sa démonstration : « le vote Bayrou était en partie une forme de vote protestataire », pense-t-il. Un programme en un seul point, c'est évidemment facile à défendre. Xavier Forsans a une quinzaine de jours pour convaincre, aidé par une poignée d'amis, de boites aux lettres en marchés. Un meeting à la salle Son Tay, à Bordeaux, le 5 juin, à 20 h 30, en sera le point d'orgue.

Je vous prend au mot monsieur le président de la république !


Monsieur le président de la République Nicolas Sarkozy a déclaré :

[..]Monsieur le Maire, il ne dépend que de nous de donner l'exemple d'une démocratie dans laquelle chacun se respecte et s'efforce de comprendre le point de vue de l'autre. Et je prendrai des initiatives, après les élections législatives, pour faire de la France, une république irréprochable et une démocratie exemplaire.

Il ne dépend que de nous, de nos attitudes, de nos comportements, de redonner aux Français confiance en la politique. La France et Paris méritent bien cette ambition, méritent bien cet effort.[..]

Je vous propose un point de départ tout simple : La comptabilisation des bulletins blancs dans les suffrages exprimés.
On en discute monsieur le président ?

24 mai 2007

Métro : En Gironde il veut être la voix des sans voix

En Gironde, il veut être la voix des sans-voix

Tous les jours, la campagne vue d’une ville Metro

Xavier Forsans est l’un des six candidats présentés par le Parti blanc, créé en 2000 à Caen.
Xavier Forsans est l’un des six candidats présentés par le Parti blanc, créé en 2000 à Caen. Photo: K.M./metro
Des arrangements pour six villes

Au lieu de vingt-quatre en 2002, le Parti Blanc (12 000 euros de budget) présente six candidats à Bordeaux, Toulouse, Caen, Marseille, Paris et Strasbourg grâce à des alliances passées avec deux autres formations, La France en action et Génération écologie. Les partis qui présentent moins de cinquante candidats aux législatives ne peuvent pas prétendre au dédommagement financier prévu par l’Etat dès lors que le score est supérieur à 1%.

A 40 ans, le Girondin Xavier Forsans s’engage en politique pour donner du poids à ceux qui ne votent pas ou votent blanc. “Je n’ai aucune autre ambition que celle de représenter les électeurs qui votent blanc – depuis un décret qui date de 1852 le vote blanc n’est pas comptabilisé comme un suffrage exprimé –, mais aussi ceux qui ne votent plus ou qui ne se reconnaissent pas dans un des candidats.”

“Faire reculer l’abstention”

Voilà le programme de cet expert-comptable autodidacte installé depuis 1994 à Talence, au beau milieu de la troisième circonscription de la Gironde. Ce Palois, père de trois enfants, estime qu’“un candidat du Parti blanc peut récupérer les votes qui ne sont pas idéologiques”, affirme cet homme récemment installé à son compte. Adhérent depuis mi-2005, il n’a brigué à ce jour aucun autre mandat. Son seul objectif est de “faire reculer l’abstention et [de] dépasser les 1,8% atteints en 2002 par le parti”. Rude challenge : les 73 086 électeurs de cette circonscription répartis sur quatre communes (Bordeaux, Bègles, Talence et Villenave-d’Ornon) devront choisir le 10 juin entre douze postulants, dont le député sortant, le maire de Bègles Noël Mamère (Verts), qui détient ce mandat depuis deux législatures.

Inutile de remettre en cause le sérieux de Xavier Forsans. “Cet engagement est né du constat que le paysage politique ne me convient plus. J’ai spontanément proposé mon nom en mars. Ma femme a immédiatement accepté d’être ma suppléante. Mes amis me soutiennent”, explique ce militant auprès d’associations catholiques.

Karine Ménégo Karine Ménégo
Metrofrance.com, à Bordeaux

Article que vous pourrez trouvez dans Métro Page 3 (pdf).

Vous pouvez l

TV7 Bordeaux: Xavier Forsans candidat blanc à Bordeaux


Xavier Forsans
Vidéo envoyée par partiblanc

23 mai 2007

6 Candidats Blancs à défaut de Bulletins blancs

Aujourd'hui lorsqu'un électeur se déplace pour aller voter blanc, démarche manifestement délibérée et indéniablement civique, il ne peut exprimer le fait qu'aucun candidat ne remporte son adhésion. Le vote blanc, n'est en effet pas comptabilisé dans les suffrages exprimés. Légalement il a autant de conséquences qu'une abstention.

Quoiqu'il arrive dans les bureaux de vote traditionnel aucun bulletin blanc n'est mis à disposition de l'électeur, seuls ceux équipés de machine à voter permettent l'enregistrement de ce vote.

Aussi, le Parti Blanc, militant de la prise en compte de ces votes, propose des candidats depuis les élections de 2001 sous l'impulsion de son fondateur Blaise Hersent-Lechatreux. La première élection Municipale à CAEN a vu la liste « Bulletin blanc mais reconnu » obtenir un résultat de plus de 8% de suffrages exprimés. Cela a permis de démontrer que ce vote devait avoir le même score électoral qu'un vote pour un candidat traditionnel tant la volonté de cette expression est grande. Une expression demandée par une majorité de Français* sera donc représentée par six candidats à travers la France sous l'étiquette Parti Blanc (Divers) :

Géraldine GRÜN-NEVERS à Strasbourg( 67) – 2ème Circ., 30 ans suppléée par Elisabeth Sorensen. ( Media:Strasbourg@partiblanc.fr )

Carole HERSENT-LECHATREUX à Caen (14) – 1ère Circ., 34 ans suppléée par Angéline Bailleul. ( Media: Caen@partiblanc.fr )

Marie-Laurence GAILLOT à Toulouse (31) – 4ème Circ., 35 ans supplée par Karima Tamacha. ( Media : david.baz@partiblanc.fr)

Mehdi GUIRAUD à Paris (75) – 16ème Circ., 31 ans suppléé par Germain Suignard. ( Media : paris@partiblanc.fr )

Xavier FORSANS à Bordeaux (33) 3ème Circ., 40 ans suppléée par Catherine FORSANS-MESMACQUES. ( Media : bordeaux@partiblanc.fr )

Alain ASSOUAD à Marseille (13) 2ème Circ., 58 ans suppléée par Marielle Winteler. ( Media: marseille@partiblanc.fr )

Plus d'information sur http://Legislatives.partiblanc.fr

Messages les plus consultés