30 septembre 2006

Le missile de Bayrou vers son pote de Robien

C'est drôle de voir les coups de pattes lancés comme ça l'air de rien... C'est de la poésie pure...
A la suite d'un commentaire de FredericLN sur la réalité de la Vraie-fausse reconnaissance du Vote Blanc par François Bayrou,notre commentateur éclairé commente:

Ce que propose F. Bayrou, c'est qu'il y ait un 2ème tour si aucun candidat n'atteint au premier tour 50% des exprimés, vote blanc compris parmi les exprimés.
Je me suis dit que ça ne servait à rien tel quel et pour les besoins de la réponse j'ai voulu trouver un exemple. Je suis allé par là et j'ai trouvé ce résultat là. Surprise donc !!
Je me suis dit alors que si on appliquait la règle des bulletins blancs de Monsieur filou-Bayrou..
Et quoi ? Figurez-vous qu'il y aurait un deuxième tour* . Pour combien de voix ? 619 bulletins blancs et nuls...

Pardon M. Bayrou, mais :
1) Votre proposition est dé-mobilisante pour l'électorat. Pourquoi aller voter si avec si peu de voix on relance une élection ?
2) La reconnaissance du Vote Blanc dans ces conditions ne réponds ni au besoin de renouvellement du personnel politique, ni à la volonté de sanctionner un politique.
3) Si vous ne supportez pas M. de Robien, dites lui directement plutôt que de profiter de l'aspiration démocratique des citoyens pour le faire.

Je remercie encore FredericLN pour avoir insister sur cette question ...

*
par rapport au votants (39956 --> 49,47%)
par rapport aux exprimés (39337 --> 50,25%)

5 commentaires:

  1. 1) C'est tendancieux de choisir cet exemple-là alors que des députés élus de justesse au premier tour, il y en a un paquet, y compris parmi les députés proches de Bayrou. C'est malhonnête de laisser entendre que sa position sur le vote blanc aurait quoique ce soit à voir avec Robien alors que c'est une question arithmétique qui s'applique avec la même règle partout. Je vous propose ceci: vous allez voir tous les députés élus au premier tour et vous faites la liste de ceux qui sont concernés, ce sera plus honnête et on en parlera ensuite.
    2) Non, ça ne démobilise pas l'électorat, la fonction du premier tour étant justement de choisir les candidats du second tour et non de les faire élire immédiatement, à moins qu'ils n'arrivent à faire autour d'eux une véritable alliance en inscrits.
    3) Si vous êtes favorable à ce qu'on tienne compte du vote blanc uniquement lorsqu'il ne change rien, êtes-vous cohérent avec vous-même? La position de Bayrou revient à considérer le vote blanc comme un vrai vote exprimé.
    4) Pour renouveler le personnel politique, il ne faut pas voter blanc, mais voter pour quelqu'un.
    5) Pour sanctionner un politique, et non tous, il faut voter pour un autre. Pas besoin du vote blanc pour ça.

    RépondreSupprimer
  2. 1) tendancieux, non c'est un hasard, mais comme j'essaie de vérifier mes infos, Je peux rajouter que dans ce cas là nous avons un seul autre candidats à l'UDF : François Sauvadet, qui a été un des dix députés à ne pas voter la motion de censure avec le Président de l'UDF. Mais, sincèrement, je ne crois qu'il y ait de rapport. Ça pour c'est pour l'UDF. Vous m'excuserez, je n'ai pas le temps de regarder les candidats UMP. Un seul au PS est concerné : Jean-marc Ayrault. Franchement plus je parcours les chiffres, plus je me dis que cette proposition est un missile à tête chercheuse (de la poésie je vous dis...)
    2) "[..]Non de les faire élire immédiatement [..]", c'est d'une part en opposition avec votre 1) et d'autre part Je ne me permettrai pas de dire que les électeurs choisissent le candidat du second tour. Je crois qu'il vote pour leur candidat préféré puis composent avec le second tour. La preuve en est justement dans votre 1). Du coup s'il lorsque leur vote est vidé de sens par 600 électeurs face à 20000. À quoi bon aller voter ?
    3) et 4) et 5) Je souhaite que la reconnaissance du vote blanc soit prise en compte et qu'il change les choses dés que 33% des exprimés vote blanc. Dans ce cas là, L'élection est invalidée avec inéligibilité d'un an. Cela sert d'indicateur de légitimité jusqu'a 33% voire d'avertissement, et l'invalidation permet la sanction (j'y reviendrai), l'inéligibilité permet le renouvellement si l'élection est faite, comme l'indique la loi, trois mois après. Pour ce qui est de la sanction et du vote "pour un autre". La position est confortable et permet de faire choisir les électeurs entre le plus pire et le moins pire, une stratégie que je crois être perdante perdante...
    Le vote blanc telle que le voit Bayrou est certes une avancée mais ne sert à rien et ne fait rien progresser.
    [Update:correction orthographique]

    RépondreSupprimer
  3. 1) De toute façon, une règle valable pour tous les députés uniformément ne peut être conçue contre personne, les chiffres des futures élections n'ayant aucune chance de correspondre à celles des dernières (cf les variations d'une élection à l'autre!).
    2) Je suis d'accord pour parler d'éliminer et non de choisir pour une partie de l'électorat, mais choisir pour l'autre (minoritaire aujourd'hui en général). Cela dit, j'ai aussi dit "à moins qu'ils..." que vous oubliez. Je tiens seulement à ce que cela n'arrive pas grâce à l'abstention que ces tours de passe-passe que sont souvent les élections au premier tour (comme lors des primaires).
    3) L'inéligibilité d'un an est une proposition suplémentaire, sans grand'chose à voir avec le vote blanc; elle peut avoir comme effet immédiat la démotivation des personnes qui ne peuvent plus voter pour celui qu'elles veulent: au nom de quoi les priverait-on de voter pour le candidat qui n'a pas su gagner? au nom de quoi empêcherait-on le candidat de se présenter? L'inéligibilité n'est pas une question technique qu'on puisse manipuler n'importe comment pour servir d'autres objectifs comme le renouvellement, dont il reste d'ailleurs à voir au nom de quoi on en ferait une valeur en soi, mais une atteinte à la liberté qui doit être justifiée par une raison morale. Ne confondez pas la légitimité d'un élu particulier avec celle de tous les élus que vous rendez solidairement responsables, ce qui est une injustice en soi. Vous voudriez qu'on puisse sanctionner sans élire personne? vous aboutissez à pire: une minorité de 33% peut (et ce serait utilisé avec la bénédiction des extrêmes) empêcher avec votre système l'élection de quelqu'un qui aurait 67% à lui seul, quelle que soit la participation. Imaginez les manipulations possibles dans une circonscription où il y a un FN à 33%... Pourquoi donner une plus grande valeur au vote blanc qu'à n'importe quel autre vote? Les votes ne seraient-ils pas tous égaux?
    6) Quand à votre appréciation sur le système de Bayrou, j'attends toujours des arguments et non seulement un jugement sans explication.

    RépondreSupprimer
  4. 1)Evidemment si cette proposition est adoptée, elle n'est pas faite pour viser une personne en particulier. C'est juste que ces deux personnes élus au "bulletins blanc prés" doivent se sentir viser par de telles propositions.
    2)ok
    3) oui vous avez raison, ce que nous souhaitons c'est que le vote blanc soit comptabilisé. Et qu'un score élevé de celui-ci ait une conséquence qui lui soit associé. Ensuite cette conséquence est à discuter j'en suis d'accord. Pour ce qui est de l'obstruction de certaine alliance. Elle n'a pas à être empéché si elle démocratique.
    Et toujours dans la discussion sur les conséquences du vote blanc on peut penser qu'un candidat élu à la majorité absolu des voix exprimés soit effectivement directement élu malgré les 33%. Je vais mettre en place un wiki pour résumer les propositions que nous élaborons pendant la campagne. Je vous remercie donc de votre contribution.
    6)
    Ce que je reproche à la Proposition de Bayrou, qui reste meilleure que toute les autres malgré tout, c'est qu'elle peut provoquer de grave désordre pour de faible quantité de bulletins blancs. je prendrais pour exemple Haïti, où, pour 92 000 bulletins blancs par rapport au Million obtenu par René préval, une tension lourde de conséquences apparu dans ce pays à la misére déjà douleureuse. C'est pourquoi je trouve que cette proposition ne sert à rien et est dérangeante tel quel. pour le second argument, on peut simplement inverser le problème : si l'électeur préfère le programme au bonhomme ? Comment-fait il ? S'il considère que le bonhomme est usé, ou dépassé par les événements, doit-il s'abstenir ?

    RépondreSupprimer
  5. Vous dites vous-même "je ne crois (pas) qu'il y ait un rapport", donc à quoi bon ce titre provocateur et les termes insultants dans le corps du billet. Ça décourage d'entretenir une discussion, et Cratyle a bien du mérite.

    Je passe outre l'écoeurement que cela m'inspire parce que, sur le fond, votre précédent billet m'a permis de comprendre après coup la question que vous vous posez, et qui ne m'était pas venue à l'esprit jusqu'ci (je ne suis peut-être pas seul dans ce cas) :

    vous suggérez si j'ai bien compris, de passer de l'idée "Le blanc est compté comme exprimé" (idée partagée par F. Bayrou) à l'idée "le blanc est un candidat comme un autre". Donc, s'il a 50% des exprimés au 1er tour, il est "élu" (on refait l'élection), et s'il est en tête au 2ème tour, il est également "élu" (on refait l'élection).

    Mon avis personnel là-dessus : pas d'objection de principe. Effectivement, si le vote blanc atteint un tel niveau, cela veut bien dire que l'électorat rejette majoritairement les candidats proposés (majorité absolue ou relative selon le tour).

    Je suis par contre en désaccord complet avec l'idée d'inéligibilité pour ce motif. Avoir été battu par "blanc" n'est pas une faute pénale, et n'est pas plus dévalorisant que d'avoir été battu par tout autre candidat.

    Enfin, que faire si "blanc" est "élu" ? Dire que l'on refait l'élection, c'est admettre que le siège peut être vacant un certain temps. S'il s'agit de l'élection d'un exécutif, qui détient le pouvoir pendant ce temps ? (le vote "blanc" revient-il à confier les rênes au Préfet, par exemple ? ou au Président du Sénat pour la présidence de la République ?). Et combien de temps ?

    Donc à défaut d'objection de principe, je prévois une certaine complexité juridique en pratique.

    RépondreSupprimer

Messages les plus consultés